Origines

Un peu d’histoire sur les origines de la pince.
"Les outils ... maniés comme il faut par un travailleur répondent à l’usage auquel ils sont destinés. Les outils comme les machines sont donc nécessaires à toute activité pratique, car sans eux, aucun travail ne peut s’exécuter commodément. Tous les dispositifs mécaniques sont cependant précréés par l’inventivité de la nature."
Vitruve, architecte et ingénieur militaire romain dans son ouvrage « De Architectura », dédié à l’empereur Auguste, vers 25 av. J.-C..
Selon Vitruve, la pince, tout comme les machines, a donc déjà été inventée par la nature, et ses inventeurs ne sont en fait que des découvreurs.
Quand et comment a été inventée ou découverte la pince est difficile à dire a posteriori, car elle apparaît déjà très tôt dans l’histoire de l’humanité et de l’artisanat – bien avant que les vestiges ou représentations encore conservés aujourd’hui ne témoignent de sa présence.
Les premières représentations du maniement de pinces à ressort se trouvent sur des reliefs de l’Égypte antique. Ces pinces sont constituées d’une lame métallique pliée formant ressort. Cette forme la plus simple de la pince s’utilise encore aujourd’hui au barbecue l’été, dans le seau à glace à l’apéritif ou – à des occasions en général moins agréables – comme pince médicale ou chirurgicale.
Des vestiges de la fin de l’âge du bronze trouvés à Chypre et en Grèce témoignent également de son existence. L’inconvénient de cette forme de pince est que la force applicable à une pièce n’est pas très grande : la force de maintien agissant aux extrémités est inférieure à la force exercée par la main. Il a fallu attendre l’invention de la pince aujourd’hui usuelle à deux branches croisées dans une articulation pour apporter un progrès majeur:

La force de la main agissant sur les longs bras permet aux mors situés à l’opposé du point d’articulation, moyennant le bon rapport du levier, d’exercer sur un objet une force bien plus grande que dans le cas de la simple pince à ressort. Le principe du levier à deux branches est bien connu de tout enfant se balançant dans son transat.

Ce principe ouvrait de toutes nouvelles possibilités d’application : bientôt, il ne s’agissait plus seulement de saisir et de tenir, mais aussi de couper.

C’est une évolution analogue qu’a aussi connue la proche parente de la pince, la cisaille. Des pinces articulées se rencontrent en Europe à partir de l’an 1000 av. J.-C. et se développent en particulier avec le travail du fer. C’est la raison pour laquelle leur représentation est presque toujours associée au forgeron et à ses dieux. Homère en parle dans l’Iliade, et des œuvres les montrent gravées dans la pierre et peintes sur de la céramique : le dieu grec Héphaïstos, gardien du feu et des forges. À Athènes, il devient le dieu de tous les artisans et est honoré au même titre qu’Athéna. Ce statut de dieu des forgerons et des artisans symbolise en outre l’importance de ces métiers – et par le fait même de la pince – dans l’économie antique. Chez les Romains, la pince est aussi, à côté du marteau, l’attribut du dieu du feu et des forges, Vulcain. Là aussi, la forge et son art, l’« ars ferraria », sont très estimés. C’était, en effet, la condition « sine qua non » à la puissance militaire et économique.

Forge de fer romaine sur une sépulture datant de la seconde moitié du 1er siècle apr. J.-C.

Les différentes applications donnent naissance au fil du temps aux formes de pinces les plus diverses. Ce n’était, en effet, pas difficile aux forges de donner forme aux types qu’il fallait. On voit donc apparaître très tôt des pinces spéciales pour applications particulières, telles que:

  • pinces pour interventions chirurgicales et dentaires;
  • pinces sidérurgiques pour la fabrication de munitions;
  • moules à gaufres pour le cuisson au feu.

Une diversité qui est encore typique pour les pinces de nos jours:

outre les nombreux domaines techniques, où des développements sans cesse nouveaux exigent de nouvelles formes spéciales, les pinces se rencontrent, aujourd’hui encore, sous les formes les plus multiples:

  • en médecine dentaire et orthodontie:
  • en chirurgie;
  • en bijouterie et joaillerie;
  • en laboratoire;
  • en cuisine, etc.

L’évolution de la pince articulée et de ses nombreux parents est donc jusqu’à ce jour, parallèlement à l’invention de la roue et en raison de sa portée et de son importance, l’un des facteurs déterminants du progrès et de l’industrialisation.

Orbis Will GmbH + Co. KG | Ridderstraße 37 | 48683 Ahaus | +49 2561 424-0 | info@OrbisWill.de